Work Sweet Work

Gymglish & Frantastique User Stories

Retrouvez les témoignages d’utilisateurs Gymglish et Frantastique du monde entier sur ‘Gymglish Stories‘ et ‘Frantastique Stories‘ : anecdotes, voyages, rencontres, progrès…

Et si vous partagiez votre expérience avec nous ?!

Nouveau produit : Frantastique.com

Première solution de formation au français langues étrangères (FLE) entièrement financée par l’apprentissage de l’anglais !

Paris le 22 novembre 2012.

GymGlish (cours d’anglais, plus d’1 million d’utilisateurs à travers le monde) donne naissance à Frantastique, pour l’apprentissage du Français Langue Étrangère.

Le lancement de Frantastique fait suite à une phase pilote dite de ‘Bêta Test’ lancée le 3 septembre 2012 auprès de trois entreprises pilotes : Total, Institut Pasteur et BNP Paribas. Les axes d’amélioration du produit sont définis au regard des retours, ressentis et attentes de plusieurs centaines d’apprenants de toutes nationalités.

Le concept de Frantastique repose sur les mêmes ingrédients technologiques et pédagogique que GymGlish :

  • Un email
  • Une histoire
  • Une correction

Un test gratuit est disponible sur le site frantastique.com, sur les 7 premiers emails du parcours.

Vatefaireconjuguer disponible dans l’Apple Store!

Nous avons le plaisir de vous annoncer la sortie de l’application Iphone Tablette ‘Vatefaireconjuguer’ (VTFC). Elle est disponible gratuitement dans l’Apple Store !

Pour rappel, Vatefaireconjuguer.com est un conjugueur de français en ligne édité par la société A9 GYMGLISH. Le site permet de conjuguer n’importe quel verbe français à tous les temps et tous les modes dans une interface sobre. Un exemple est proposé pour les verbes les plus communs (exemple : aimer). VTFC permet de conjuguer des phrases ! (exemple : sortir son chien)

Vatefaireconjuguer dans Play Store (Android)

Hear Ye, Hear Ye.

The ‘Vatefaireconjuguer’ app has graduated to the Google Play store! Check it out, download it, review it, recommend it, eat with some fava beans and a nice chianti. Here’s the link for your conjugating pleasure!

(Apple Store coming soon)

Conjugate you later,
The GymGlish Team

                    Android app on Google Play


Bonjourleverbe.fr : Nouveau site en ligne

Un jour, un verbe, une conjugaison…

Chez GymGlish, on aime jouer avec les mots. Qu’ils soient anglais ou français, nous leur portons toujours une attention bienveillante : dans les leçons d’anglais que nous proposons, le “Word of the month” ou à travers l’outil de conjugaison en ligne Vatefaireconjuguer.com.

Paroles, paroles, paroles…

Dernier né, le site Bonjourleverbe.fr, donne lui aussi le premier rôle aux verbes et à la conjugaison française, discipline obscure et mal-aimée (à raison parfois…). Le principe du site est simple : tous les jours, vous découvrirez un verbe de la langue française et une conjugaison de ce verbe. Sur Bonjourleverbe.fr, il n’y a rien d’autre à faire que de lire quotidiennement une phrase – sérieuse ou absurde – qui met en scène la conjugaison. Avec le temps, nous espérons bien faire découvrir des formes verbales difficiles, voire cruelles. Vous n’y trouverez aucune image, mais des mots, rien que des mots.

Pour concevoir Bonjourleverbe.fr nous avons lorgné du côté de Bonjourmadame.fr, site geek par excellence qui a connu de nombreux émules. Dans cette inspiration (assumée), il y a à la fois un clin d’oeil à la culture web, à son côté futile et pourtant fortement viral, et l’envie de fournir une sorte de module pédagogique, modeste, simple… mais pas simpliste. Bonjourleverbe.fr se situe au croisement de ces deux concepts. Il est en quelque sorte l’enfant de l’Académie française et du Big Bang Theory. Si si.

Holy Python

Un mot technique pour finir (pour les initiés ?!).
Comme pour la majorité de nos applications web, nous avons choisi le langage Python pour le développement du site. Si nous sommes des habitués du framework Django, nous nous sommes tournés cette fois vers Flask, outil plus abordable et néanmoins complet. Le rendu HTML est possible grâce au framework Jinja2 qui fournit le système de templates.

Enfin, le site a été conçu en Responsive design grâce aux Media queries. Sous ces mots barbares se cache une idée simple : la mise en page du site s’adapte en fonction de la taille de votre navigateur. Ce jeu d’écriture avec les CSS (qui déterminent les styles d’une page web) permet une souplesse toute bienvenue lorsque vous envisagez que votre site soit accessible aussi bien de votre ordinateur de bureau que de votre mobile.  (A quoi ressemble un media query ? A ça : @media screen and (max-width:720px) { ….  }  )

Bonne conjugaison.
Thomas, stagiaire et apprenti ‘Python’ chez GymGlish.

Altercations verbales à l’assemblée

Dépêche (dernière minute)
Éruption de violence ce vendredi à l’assemblée générale des verbes français, en présence des représentants des trois principaux groupes. Selon les témoins (principalement des adverbes et conjonctions), les verbes (majoritaires) du 1er groupe auraient commencé par des railleries sur les nombreuses ‘irrégularités’ et ‘exceptions’ des verbes (minoritaires) du 3ème groupe, reprochant à ces derniers d’être incroyablement pénibles à mémoriser. Le lieutenant S’abstenir, chef du 3ème groupe à l’assemblée, a d’abord appelé son contingent à la retenue, puis a répondu aux attaques en déclarant que sans les verbes du groupe 3, les gens seraient littéralement incapables de ‘faire’ quoi que ce soit. Sa déclaration plongea l’assemblée dans le silence, lorsqu’un verbe inconnu du 1er groupe cria ‘Va te faire conjuguer!’.
La police, arrivée sur les lieux quelques minutes plus tard en plein tumulte, sanctionna par avertissement verbal tous les verbes présents.
Plus d’information sur Vatefaireconjuguer.com

Dispute au sommet : Français vs. Anglais

Exercice de mauvaise foi sur le rayonnement de la langue française dans le monde
On entend dire parfois que la France et l’Angleterre sont comme un vieux couple, qu’ils se disputent depuis toujours, mais qu’ils ne divorceront jamais. C’est pas faux, enfin espérons-le : certaines de leurs disputes étaient déjà plutôt sanglantes, que vont-ils nous infliger s’ils divorcent!

S’ils se disputent aujourd’hui, c’est différemment, économiquement, politiquement, culturellement, ou même de façon complètement intellectuelle, abstraite et inutile (comme dans ce post). Dans un domaine au moins, un membre du couple est plus fort que l’autre, et l’autre est jaloux : la langue, et son rayonnement dans le monde. L’histoire a fait que l’anglais s’impose comme langue globale, et pas le français. Alors cela met la pagaille dans le couple, le français bougonne, il ne veut pas faire d’efforts. Voici de quoi lui remonter le moral au français, en toute objectivité, parole de francophone.

D’abord force est de constater que l’accent anglais est mal ressenti par la plupart des oreilles humaines, alors que l’accent français les fait toutes fondre. Les lois et hasards des sonorités, musiques et harmonies sont ainsi faites que l’accent anglais sonne mal. Là c’est vraiment pas de chance, on n’y peut rien, l’anglais n’a pas été gâté par la nature sur ce point. L’accent anglais produit ces sonorités godichonnes qui instaurent immédiatement un ‘mal à l’aise’, à la fois pour l’anglophone et ses interlocuteurs. Au contraire l’accent français, à un niveau équivalent de maîtrise (ou non-maîtrise) de la langue étrangère pratiquée, déclenche instantanément l’enchantement des auditeurs. Contentez-vous de prononcer son prénom à la française, votre interlocuteur sera charmé, votre interlocutrice conquise.

L’anglais n’est pas du tout une langue latine. Ce n’est pas à priori un problème en soi, mais c’est dommage, et c’est décidément pas de chance. Vis à vis des langues latines, pratiquées tout de même par quelques 900 millions de terriens (environ deux fois plus nombreux que les anglophones), l’anglais présente non seulement un problème d’harmonie mais aussi un vrai problème de compréhension. Pour nous ‘latins’, tout est différent en anglais : peu de vocabulaire en commun, une structure grammaticale certes simple mais complètement différente, une prononciation et des sons très avalés genre yogourt chewing-gum… Quelle hostilité! Au contraire le français, aussi complexe soit-il, est mieux perçu et appréhendé par nos confrères latins. En plus d’être joli à entendre, le français leur semble beaucoup plus accessible. Quel plaisir de reconnaître un mot, une expression, comprendre, suivre une conversation dans une langue sans même l’avoir apprise. Relativement peu de gens sur Terre parlent le français, mais de nombreux l’écoutent avec délectation, intérêt et le comprennent.

Enfin l’anglais s’apparente à l’univers du business et de l’efficacité, le français à celui de l’amour et de la volupté. ‘Et je vais et je viens… entre tes reins… Et je… me re… tiens…’. Imaginez-vous une seconde ces paroles de Gainsbourg traduites en anglais. Ce ne serait plus la même chanson. Non l’anglais fait davantage référence au business, au commerce mondial, à l’envahisseur impérialiste néocolonial, au ‘gringo’, l’étranger du nord, l’investisseur, le promoteur, le producteur… Concédons donc à l’anglais son indéniable efficacité dans les sphères professionnelles, et son atome crochu avec l’enjeu business dans son ensemble. Mais le business est-il tout dans la vie? Doit-on mesurer le rayonnement d’une langue dans le monde à son soutien logistique de la conduite des affaires économiques? Et qui va choisir l’anglais pour décrire et exhaler la passion, l’amour, le plaisir, la volupté, la vie? Le français est moins facile à manier pour les affaires, il fait plus de détours, de formalismes, s’attache à produire des sonorités rares, délicates comme les ‘oi’ ou les ‘ein’. Il est généreux, sensible, comme l’amour se doit de l’être.

Devant un argumentaire si sérieux et bien charpenté, je ne peux qu’espérer la réponse de mes confrères anglophones. Si l’anglais et le français sont un vieux couple, alors l’anglais doit être l’homme, et le français la femme. L’un a le pouvoir, l’autre la puissance. Alors mon homme, what do you say? Oui, maintenant, viens.

Disclaimer : ce post n’engage pas la responsabilité de GymGlish, qui reste engagé dans sa cause, les cours d’anglais, et en particulier des siens.